La firme HumanYo+Impact contribue à la redéfinition des indicateurs de développement durable

La firme HumanYo+Impact a rejoint le prestigieux réseau international R3.0 (Redesign for Resilience and Regeneration) en tant Advocation Partner.

Première collaboration : Contribuer à la redéfinition des indicateurs de développement durable

Ce qui est appelé communément les ODD (Objectifs de développement durables) constituent un référentiel dans le monde du développement durable. Toutefois, il est à constater que ces indicateurs ne véhiculent pas nécessairement un message clair que les citoyens et citoyens corporatifs peuvent comprendre et surtout pouvoir déterminer sa part dans leur atteinte.

Vers un Quotient de Durabilité : Le Quotient de Durabilité sert de base à une typologie à 3 niveaux des indicateurs

Quotient de Durabilté:

capacités des capitaux de ressources vitales

“Nous devons aller au-delà des indicateurs incrémentalistes de «numération» et ajouter des indicateurs de «dénomination» liés aux seuils supérieurs (plafonds écologiques) et inférieurs (fondements sociaux). La mesure de la durabilité sans ce contexte n’est tout simplement pas une mesure de la durabilité.”

Allen Blanc, Co-fondateur
Global Reporting Initiative

L’équipe de HumanYo+Impact collabore avec L’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD) et R3.0 pour un projet pilote visant à actualiser et redéfinir les indicateurs d’impact.

En septembre 2018, l’UNRISD a lancé un projet de quatre ans qui vise à évaluer et à améliorer les méthodologies et les systèmes d’indicateurs qui mesurent et évaluent la performance d’un large éventail d’entités économiques par rapport à la vision et aux objectifs du Programme 2030. Ces entités comprennent à la fois des entreprises du secteur privé et une myriade d’entreprises et d’organisations qui composent l’économie sociale et solidaire (ESS). Au cours de plusieurs décennies, l’efficacité des mesures et des rapports sur la durabilité s’est considérablement améliorée grâce à de nombreuses initiatives de normalisation et à la révision des outils et des modèles existants. La question demeure, cependant, de savoir si les modèles actuels de mesure et de rapport répondent adéquatement à un ensemble de conditions et de défis du XXIe siècle, dont les principaux aspects comprennent:

  • l’essor de l’ESS (l’économie sociale et solidaire), des entreprises à valeur mixte et des investissements d’impact qui promeuvent ou priorisent les objectifs sociaux;
  • les tendances et impératifs associés à l’économie verte, de partage ou circulaire, qui visent à dissocier les impacts environnementaux négatifs du processus de croissance économique;
  • les changements technologiques et structurels associés à la numérisation, à la restructuration industrielle, à la financiarisation et à la flexibilisation du marché du travail;
  • les défis normatifs associés aux droits de l’homme, les inégalités croissantes, le changement climatique et la résilience, ainsi que les objectifs plus larges de changement intégré et transformateur exigés par le Programme 2030.

Objectifs:

  1. Évaluer l’adéquation des méthodes et des systèmes existants pour mesurer la contribution des entreprises à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).
  2. Élargir le champ de la mesure, de la divulgation et du reporting de la durabilité au-delà des entreprises à but lucratif pour inclure les entreprises et les organisations qui composent l’économie sociale et solidaire.
  3. Identifier les points de données et les indicateurs liés à l’ESS qui peuvent éclairer les approches conventionnelles de mesure de la durabilité associées aux entreprises à but lucratif.
  4. Identifier et tester un ensemble d’indicateurs d’impact sur le développement durable qui peuvent relever les défis du 21e siècle mentionnés ci-dessus.

capacités des capitaux de ressources vitales

Les indicateurs actuels sont de niveau 1 : Aussi surprenant que cela puisse paraître, la plupart des indicateurs qu’utilisent les organisations pour rendre compte de leurs actions de développement durable sont en réalité “incrémentalistes” par définition. Cela veut dire que qu’ils renseignent uniquement sur l’impact actuel, incluant des indicateurs absolus qui ne sont pas normatifs et donc demeurent incrémentalistes. C’est la bonne volonté de l’organisation à atteindre une cible, qu’elle se fixe elle-même, qui doit changer pour inclure sa juste-part dans l’effort à faire. Ces indicateurs sont issues principalement de UNCTAD

Les indicateurs de  niveau 2 :  connus aussi sous l’appellation “Indicateurs contextualisés“, prennent en compte les seuils de durabilité écologiques, sociaux, des systèmes économiques ainsi que les allocations de ces seuils à l’organisation et à d’autres parties-prenantes. Ils rendent donc visibles les liens entre les impacts actuels et le seuil que l’indicateur peut/doit atteindre. Prenons par exemple les émissions de carbone. Affirmer que nous avons réduit cette année de 3% nos émissions de gaz à effet de serre ne nous renseigne pas sur l’atteinte ou pas du seuil maximal que l’organisation pouvait/devait se permettre d’émettre en fonction de l’allocation de part qui lui est attribué dans ces émissions. 

Les indicateurs transformationnels (de niveau 3):  ajoutent l’élément de mise en œuvre et des politiques aux indicateurs de dénominateur normatif pour instancier le changement au sein de systèmes adaptatifs complexes.

Lire à ce sujet cette contribution : Comparé à quoi? Une typologie à trois niveaux des indicateurs de performance du développement durable, de l’incrémental au transformationnel en passant par contextuel.

Les enjeux

“Notre économie capitaliste actuelle a produit une grande richesse – à des coûts énormes. Le comportement sous-jacent des entreprises est une cause prédominante de défis mondiaux tels que le changement climatique, l’injustice sociale et une disparité économique croissante dans le monde. Pour aborder efficacement les racines de ces défis, une transformation de nos processus et de nos responsabilités comptables est nécessaire et ne peut être réalisée que par une plus grande transparence. Le principal outil pour réaliser cette transition est la divulgation à tous les niveaux d’un système économique. Ainsi, l’invisible peut être rendu visible et générer un nouvel élan pour relever les défis à relever.” R3.0

Écosystème de travail

HumanYo+Impact rejoint aussi l’écosystème de travail de R3.0 qui se compose de trois axes principaux de travail: le développement de contenu, la diffusion de contenu et la création de solutions.

Au printemps 2018, cinq Blueprints (BP) ont été publiés par R3.0, avec trois nouveaux BP en préparation:

BP1 : Reporting – Une approche de reporting basée sur des principes qui stimule l’émergence d’une économie verte, inclusive et ouverte

BP2 : Comptabilité – Jeter les bases d’un reporting futuriste

BP3 : Data – Intégration, contextualisation et activation des données pour la comptabilité multicapital

BP4 : Nouveaux modèles d’affaires – Conception de modèles d’affaires intégrés pour catalyser les économies régénératives et distributives

BP5 : Programme de parcours de transformation – Une approche étape par étape de la prospérité organisationnelle et de la création de valeur système

BP 6: Finance durable – Cartographier le passage d’une finance dégénérative et extractive à une finance régénérative et durable (à paraître)

BP 7: Cycles de valeur – Réexamen de la valeur pour passer de la valeur actionnariale à la valeur système et des chaînes de valeur linéaires aux cycles de valeur circulaires (à paraître)

BP 8: Gouvernements, multilatéraux et fondations (à paraître)

Quelle belle façon de terminer cette année spéciale qu’était 2020! En cherchant un moyen de perturber le modèle de revenus de notre activité de service-conseil, du taux horaire à la tarification basée sur la valeur, je découvre d’abord la notion d’évaluation d’impact avec nos amis de MetaIntegral avec MetaImpact Framework puis je me retrouve avec notre équipe impliquée dans l’avant-gardiste innovation pour la nouvelle économie avec R3.0 et l’impressionnant réseau de Advocation Partners que je suis fier de rejoindre aujourd’hui! Heureux de changer le monde, ensemble.

Ghani KolliFondateur & Président HumanYo+Impact

À propos de r3.0

R3.0 favorise la refonte pour la résilience et la régénération. En tant que plate-forme mondiale à but non lucratif de bien commun, r3.0 propose des recommandations pour les transformations nécessaires dans divers domaines et secteurs, en réponse aux effondrements écologiques et sociaux que l’humanité connaît, afin de parvenir à une économie et une société prospère, régénératrice et redistributive

 

Veuillez en savoir plus sur r3.0 ici .